Les dix livres français les plus influents en Chine

LIU MINGJIU*

À l'occasion du cinquantenaire de l'établissement des relations sino-françaises, l'évènement organisé conjointement en France et en Chine visant à élire « les dix livres français les plus influents en Chine » et « les dix livres chinois les plus influents en France » a attiré une large attention.

Cette célébration culturelle originale représente un examen rétrospectif très précieux des échanges culturels et spirituels qui ont duré depuis les temps anciens jusqu'à aujourd'hui entre les nations chinoise et française. Elle démontre aussi l'origine de l'amitié entre ces deux grandes puissances, la connotation culturelle et idéologique qui en découle, tout en reflétant le niveau spirituel et les caractéristiques de ces relations.

La Chine et la France sont deux civilisations anciennes et deux grandes puissances culturelles. Leur civilisation, leur histoire et la richesse de celles-ci servent de soubassement aux relations diplomatiques entre les deux pays. En effet, les deux pays entretiennent des relations culturelles et spirituelles depuis des siècles déjà. Ainsi, durant la période allant du XVIe siècle au XVIIIe siècle, les Français témoignaient déjà d'admiration pour l'esprit et la culture chinoise ; à partir du XVIIIe siècle, ce fut l'inverse, les Chinois se mirent à l'école de la France ; enfin, fin XIXe et début XXe siècle, on entra dans une nouvelle époque d'échanges mutuels et d'admiration réciproque à différentes époques et de différentes manières.

Comment est arrivée la littérature française en Chine

C'est à la fin du XIXe siècle que des livres français ont commencé à être lus par les Chinois et exercer de l'influence sur la société chinoise. L'entrée tardive de la littérature française en Chine vient en partie du fait que l'Empire des Qing, autocratique et féodal, pratiquait de manière arrogante la politique de la « porte fermée ». L'ouverture, par la suite vers l'Occident, trouve son origine dans des causes historiques et sociales. D'une part, la société chinoise sous le despotisme féodal était très appauvrie et affaiblie, et des Chinois éclairés, rêvant de faire de leur pays une grande puissance, commençèrent à tourner leurs yeux vers le monde et à chercher des voies de réforme ; d'autre part, les pays occidentaux à cette époque avaient presque achevé la révolution bourgeoise et obtenu de brillants résultats tant sur le plan matériel que spirituel.

Yan Fu (1854-1921) est un pionnier et la figure la plus emblématique de la réforme à la fin de la dynastie des Qing (1644-1911). Son œuvre de traduction commença par Evolution and Ethics, publiée en 1896, possédant de claires intentions tant sur le plan de l'initiation que de la réforme. De l'esprit des lois de Montesquieu traduit également par lui, servit de manuel d'enseignement aux réformistes de la fin des Qing, la théorie de l'État, la « séparation des trois pouvoirs », était leur idéal politique.

Presque parallèlement, en 1898, Du Contrat Social de Rousseau fut traduit partiellement en Chine, et les doctrines de la politique démocratique « droits naturels de l'homme » et « souveraineté populaire » eurent une grande répercussion en Chine. Durant la Révolution de 1911, les révolutionnaires démocratiques bourgeois avaient ces doctrines pour idéal. Leur influence sur les générations postérieures est très importante.

La littérature de roman, très dynamique, était elle, à l'avant-garde de la diffusion. La Dame aux Camélias d'Alexandre Dumas fils fut la « première hirondelle » qui ait volé en Chine. Son traducteur Lin Shu (1852-1924) fut le premier Chinois à traduire des romans français et obtint un grand succès.

Dès Lin Shu, jusqu'à la République de Chine, surtout après le Mouvement de la nouvelle culture, la traduction des livres français, notamment les œuvres littéraires, connut un développement incroyable. Parmi les traducteurs engagés dans la traduction des œuvres françaises, on trouvait des personnalités connues du monde intellectuel tel que Hu Shi (1891-1962) qui traduisit deux contes patriotiques d'Alphonse Daudet, La Dernière Classe, en 1912 et Le Siège de Berlin, en 1914 ; Lu Xun (1881-1936) fit la traduction de certains chapitres des Misérables, en 1903, dont Fantine ; Chen Duxiu et Su Manshu traduisirent également plusieurs chapitres de cet ouvrage. Avec le retour des étudiants chinois ayant étudié en France, les traducteurs devinrent de plus en plus nombreux, certains firent de brillants exploits dans la traduction, comme Liang Zongdai, Fu Lei, Li Jianwu, Jiao Juyin, Chen Zhanyuan, Wang Liaoyi, Sheng Chenghua. Grâce à leurs efforts, de plus en plus d'écrivains français furent traduits, et le nombre de chefs-d'œuvre de la littérature française traduits augmenta considérablement. Les livres français en chinois occupaient de plus en plus de place dans les rayons des librairies. On peut dire que les intellectuels chinois connaissent tous les maîtres de la littérature française et leurs chefs-d'œuvre.

Un immense travail de traduction

Après la fondation de la Chine nouvelle en 1949, l'influence de la littérature française devint de plus en plus importante. Les livres français faisaient à l'époque l'objet d'une traduction intensive de qualité et furent publiés à grande échelle. Les traductions en chinois possédaient également plus de lecteurs. C'est ainsi que les livres français comme support d'une culture de qualité ont gagné la faveur de la Chine nouvelle. Malheureusement, des épisodes désagréables au cours desquels ces livres français furent critiqués et bannis à l'époque de la Révolution culturelle eurent lieu également. Mais après la pluie vint le beau temps et les livres français profitent désormais d'un beau ciel bleu en Chine.

Depuis la fondation de la Chine nouvelle, tous les grands écrivains dans l'histoire de la littérature française ont été traduits. La traduction des œuvres de grands écrivains qui n'avaient pas été traduites dans le passé a été complétée. Les œuvres complètes ou les collections de certains écrivains comme La Comédie humaine (œuvres complètes) de Balzac, La collection des œuvres de Hugo (vingt volumes), La collection des œuvres de Sartre, Les œuvres complètes de Molière, Les œuvres complètes de Rousseau, ainsi que Les œuvres complètes de Camus ont été publiées.

Il est spécialement à noter que la traduction de la littérature française contemporaine a également eut lieu. Un exemple notable est la traduction et la publication de la La collection de la littérature française du XXe siècle. Une telle compréhension de la littérature d'un autre pays, la traduction si rapide et systématique avec une telle ampleur, ne sont vraiment pas faciles. Ce phénomène est même rare dans les échanges culturels entre les pays les plus avancés. Pour ce qui est de la publication, selon des estimations approximatives, le nombre de livres français imprimés et publiés s'est élevé à des dizaines de millions d'exemplaires.

Enfin, d'après des statistiques, approximativement 1,7 million d'exemplaires du Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry ont été vendus, quelque 600 000 exemplaires en série pour le roman volumineux de Hugo Les Misérables, plus de 14 000 volumes pour l'ouvrage historique L'Ancien Régime et la Révolution. De ces trois exemples seulement, on peut constater le large lectorat que possèdent les livres français en Chine.

Pouvoir des livres

Cette sélection a été effectuée par le vote du public et l'évaluation d'experts, pour donner naissance finalement à la liste des dix livres français les plus influents en Chine.

Les deux ouvrages philosophiques De l'Esprit des lois et Du Contrat Social, introduits en Chine à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, ont grandement inspiré les Chinois.

La sélection des Misérables indique la sympathie considérable et profonde pour les personnages décrits sous la plume d'Hugo qu'a la Chine, pays dans lequel il existait des personnages aussi misérables.

Si Le Père Goriot est prisé par les Chinois, c'est non seulement parce que ce roman dépeint comment l'argent corrompt les sentiments humains, mais aussi car il incarne à lui seul, l'esprit de La Comédie humaine.

Le héros de Jean-Christophe, de Romain Rolland, opiniâtre, fier et digne face à la société est devenu l'exemple moral des jeunes chinois de plusieurs générations se voyant eux aussi comme des Jean-Christophe de la société chinoise.

Le fait que L'Ancien Régime et la Révolution, une monographie historique, ait été choisie, reflète pleinement l'envie des Chinois de connaître l'histoire sociale et les réflexions liées à l'histoire de France.

L'élection du Rouge et le Noir indique que « les lecteurs heureux minoritaires » attendus par Stendhal sont nombreux en Chine. Par leur expérience personnelle de l'histoire moderne chinoise, les lecteurs chinois peuvent sentir les soubresauts que ressent le héros dans le roman. Les lecteurs chinois apprécient aussi l'art qu'a Stendhal de faire le portrait psychologique de ses personnages.

Le Petit Prince, très populaire en Chine, semble être un livre pour enfants, le premier en son genre au monde. On y trouve un contenu riche, une pensée philosophique profonde en même temps qu'une simplicité enfantine. C'est un livre qui s'adapte aux personnes de tout âge. Ces ventes sont impressionantes en Chine.

La Dame aux Camélias et Le Comte de Monte-Cristo figurent également sur la liste, et montrent le goût que peut avoir le public chinois pour des œuvres simples mais dont le récit est fascinant.

Cette activité de sélection s'inscrit dans le cadre des célébrations du cinquantenaire des relations diplomatiques entre la Chine et le France, mais représente aussi une grande étude culturelle. Les données et les inspirations issues de cette activité peuvent servir de référence pour promouvoir les échanges culturels sino-français, et surtout nous motiver à développer notre culture, de sorte à créer une civilisation spirituelle plus brillante, plus prestigieuse, et universellement reconnue.

 

*LIU MINGJIU : membre du Comité de direction honoraire à vie de l'Académie des sciences sociales de Chine et président honoraire de l'Association chinoise d'étude de la littérature française.

 

La Chine au présent

http://www.chinatoday.com.cn/french/Culture/article/2014-04/28/content_615965.htm

Laissez un commentaire

Agenda