Un dialogue des cultures avec du papier et des ciseaux

Deux artistes de pays différents se sont découverts un thème commun et communiquent l'un avec l'autre et le public par l'entremise de la découpe du papier.
L'exposition qui a actuellement lieu au Today Art Museum de Beijing, intitulée « Dialogues de papier - Le Dragon et nos histoires », est un projet organisé en collaboration par l'artiste chinois Qiao Xiaoguang et l'artiste scandinave Karen Bit Vejle, et dont l'ambition est de présenter les mythes du dragon dans leurs cultures respectives.
Le découpage de papier de Qiao est une frise de neuf mètres de long intitulée « Changement du Poisson et du Dragon », qui peut être vue des deux côtés. Elle utilise la couleur noire sur la face avant pour symboliser le chaos et le renouvellement, et les couleurs de l'arc en ciel au dos pour représenter une période de changement. Son travail est une analogie décrivant les changements dans la société chinoise, les gens et dans sa propre vie.
Le travail de Karen Bit Vejle se compose quant à lui de sept papiers découpés en forme d'œuf, qui représentent le passé, le présent et l'avenir. Le travail se concentre sur le dragon en tant que créature qui chasse les mauvais esprits et le dragon de l'avenir qui protège de nouvelles choses de valeur, comme la connaissance et la paix. Chacun des sept papiers découpés contient de nombreuses figures, symboles et motifs complexes racontant des histoires de mythes anciens.
L'art de la découpe du papier est né en Chine il y a plus de 1 500 ans. En 2009, cette tradition chinoise a été inscrite sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO. C'est aussi un art populaire important au Danemark, où Karen Bit Vejle est née.
Bien que le dragon ait des connotations différentes -de bon augure et puissant dans la culture chinoise et gardien des trésors dans la culture scandinave- les deux artistes ont su surmonter les barrières linguistiques et culturelles pour représenter l'histoire, les mythes et la culture avec un incroyable talent de la découpe du papier.
Sam Shi, étudiant de l'Université Tsinghua, spécialisé dans la conservation de l'architecture, a avoué avoir été émerveillé par les œuvres d'art.
« Je suis étonné par la technique, car le découpage asymétrique de papier peut être très compliqué et difficile », at-il dit. Sam Shi a également dit être heureux d'avoir l'occasion d'apprécier ce patrimoine culturel immatériel.
Svein Ole Sæther, ambassadeur de Norvège en Chine, a pour sa part déclaré que l'exposition est un bon exemple du dépassement des différences culturelles par le biais des arts.
« Ici, le mot clé est le dialogue. Grâce au dialogue entre les peuples, les cultures et les nations, nous découvrons et apprécions les choses que nous avons en commun, et les choses qui nous séparent les uns des autres », a dit M. Sæther.
Le travail de l'artiste chinois Qiao Xiaoguang « Changement du Poisson et du Dragon » utilise du papier, de la lumière et de l'ombre pour décrire une période de changement.

source: http://french.china.org.cn/culture/txt/2014-10/08/content_33703818.htm

Laissez un commentaire

Agenda