Les Chinois misent sur Paris... après Londres

Les fonds chinois ont investi plus de 8,5 milliards d’euros en France depuis 2005. Ils se disent prêts à accélérer, mais s’annoncent très sélectifs.

Batailles pour le contrôle du Club Med et pour l’aéroport de Toulouse, achat de Louvre Hôtels... Les infrastructures, le tourisme et les loisirs intéressent les investisseurs chinois. Et la France est en deuxième ligne. « Depuis 2005, les Chinois ont investi 8,5 milliards d’euros en France, moins de la moitié des 18,9 milliards d’euros investis au Royaume-Uni dans le même temps, mais beaucoup plus que les 5,5 milliards d’euros placés en Italie », expliquait mi-novembre à Pékin Erik Sondén, consultant senior chez EY, à un parterre de dirigeants d’entreprises et d’investisseurs locaux. Cela sans compter les transactions intervenues depuis juin dernier. Les principaux secteurs visés sont l’énergie (32 %), suivie de l’immobilier (18 %) et des transports (17,8 %). « Paris a notre priorité et l’expérience montre que c’est justifié », affirmait devant les mêmes interlocuteurs un haut dirigeant d’ICBC, la première banque chinoise. « Nous nous sommes dotés d’une structure spéciale pour régler les problèmes que vous pourriez rencontrer dans votre implantation », ajoutait-il. Si la banque s’intéresse aux grands groupes, elle juge que Paris est en voie de devenir « le » centre européen pour la logistique, l’immobilier, la culture et, plus généralement, l’expression des talents. Enthousiasme plus mitigé cependant à la China Investment Corporation (CIC), un véhicule de l’Etat chinois destiné à accroître le rendement des réserves de change du pays. « Nous investissons surtout au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, prévient Xie Ping vice-président exécutif de CIC. Cela, même si nous avons investi dans une filiale de GDF Suez et si nous sommes présents au capital de l’opérateur de satellites Eutelsat basé à Paris. » A la question de savoir si certaines grosses gares du Grand Paris et les bureaux qui les accompagnent pourraient intéresser la CIC, Xie Ping répond sans détour : « Si vous achetez des équipements chinois pour le réseau, nous pourrions vous aider ».

Culture « industrialisée »

Tous ne jurent pas que par les immeubles de bureaux ou l’industrie. Yong Jun Li, président de Yong Xin Hua Yung Cultural Investment Co. cherche encore à boucler le financement d’un grand parc culturel et historique à Qingdao, sur la côte est de la Chine. Un investissement de 3,4 milliards d’euros, avec 10.000 emplois directs. Le concept, qu’il a présenté à l’Unseco, allie musée, expositions, spectacles, cuisine, médecine traditionnelle et fabrication de copies d’objets anciens pour préserver les savoir-faire. Un modèle qui, espère le dirigeant, pourrait s’adapter au Grand Paris. Sa directrice générale a d’ailleurs ouvert un bureau dans la capitale. 


Source: http://www.lesechos.fr/pme-innovation/actualite-pme/0203983326537-les-chinois-misent-sur-paris-apres-londres-1070561.php?WGRWwhIwVaJfYH33.99

Laissez un commentaire

Agenda